5/03/20

UX, Psychologie & Neurosciences

Les neurosciences au service de l'UX
(0)
Ce qui distingue une conception aboutie d’un produit digital, c’est la compréhension des interfaces et des interactions homme machine. La prise en compte des motivations, des objectifs et des frustrations de vos utilisateurs permet de comprendre en profondeur la façon dont ils percevront votre produit et interagiront avec lui.

UX design & esthétique


Le design est un élément important de la conception d’une application, d’un site ou d’un logiciel. Cependant, une compréhension des psychologies sociales, comportementales et cognitives qui guident les décisions de vos utilisateurs va permettre d’éviter un grand nombre d’erreurs. En effet, les utilisateurs supposent automatiquement qu’un beau produit doit être plus intuitif. Si ce n’est pas le cas, ils sont frustrés et abandonnent plus facilement. Audit UX/  UI design & étude ergonomique

Afin de remédier à ces problématiques, et avant d’effectuer des tests utilisateurs plus poussés, il convient de se baser sur 4 règles en terme d’UI design et de bonnes pratiques de conception d’interfaces.

Simplifier au maximum : Plus vous proposez de choix aux utilisateurs, plus il leur faudra de temps pour prendre une décision, c’est la loi de Hick-Hyman.

Rendre les actions importantes faciles à effectuer : Plus l’interaction ou la réalisation d’une action est compliquée, plus l’indice de difficulté d’une tâche est élevé, c’est la Loi de Fitts.

Respecter les bonnes pratiques : Faire en sorte que chaque élément soit bien positionné et clairement lié sa tâche améliore grandement l’usage de votre produit numérique.

Ne pas piéger les utilisateurs : L’utilisation des Dark Patterns consiste à manipuler l’utilisateur afin d’augmenter les ventes. Ces techniques sont employées notamment dans le cadre de techniques marketing agressives et sont contraires au design éthique.


UX design & psychologie


Avec l’évolution de la technologie et des besoins des utilisateurs, le concept d’expérience client a commencé à avoir une signification différente dans le processus de création d’un produit digital.

Afin de créer des produits aussi proches que possible des attentes des utilisateurs, les neurosciences et les études en neuromarketing ont commencé à constituer un nouveau domaine d’intérêt pour les concepteurs UX, précisément parce qu’elles offrent une base scientifique solide sur laquelle ils peuvent s’appuyer : neurobiologie & neurologie, visualisation & analyse des informations, traitement de l’information & fonctionnement de la mémoire, réseaux émotionnels & cognitifs, récompense & motivation, prise de décision & gestion des interactions, perception & intégration sensorielle.

Psychologie & tests utilisateurs UX Ajoutez à cela l’influence culturelle qu’un utilisateur peut avoir, son humeur du moment ainsi que ses propres modèles, il devient alors évident que la recherche scientifique et les tests utilisateurs peuvent nous aider à développer de meilleurs produits en fonction de certaines exigences. La réduction de la charge cognitive de l’utilisateur comme par exemple la réflexion ou la prise de décision aide le cerveau à ne pas faire d’efforts, au point que la disponibilité psychologique et physique est accrue.

Même si certaines tâches peuvent sembler simples, nous sommes perpétuellement assaillis par des informations inutiles ou des actions supplémentaires. Ainsi, si un produit limite les contraintes et procure du plaisir, l’effort que le cerveau devra fournir sera minime, augmentant significativement la satisfaction de l’utilisateur.


UX design & neurosciences


Alors que les méthodes telles que l’observation ou l’interview nécessitent souvent que les chercheurs et les participants fassent des suppositions. A contrario, les technologies modernes telle que l’oculométrie (Eye-Tracking en anglais) permettent aux scientifiques d’étudier des réactions et des préférences quasiment imperceptibles. Il existe des cursus pour se former aux neurosciences, étudier le système nerveux, comprendre les émotions, apprendre la neurophysiologie, la neurobiologie, les sciences cognitives, etc.

Par exemple, sur des sites à forte audience, des détails comme la largeur d’un bouton ou le contraste de couleur d’un texte peuvent faire des millions de CA supplémentaires ! C’est pourquoi des géants technologiques comme Facebook ou des entreprises du E-Commerce comme Amazon utilisent des techniques basées sur les neurosciences pour étudier les utilisateurs afin d’optimiser l’expérience client (CX) à des fins lucratives. Sciences & Data UX

Le cerveau humain est complexe et de nombreux facteurs entrent en jeu dans les réactions de chaque individu. Daniel Kahneman, psychologue et lauréat du Prix Nobel d’Economie en 2002, divise la pensée et la prise de décision humaine en deux systèmes.

Le système 1 est rapide, automatique, fréquent, émotionnel, stéréotypé et subconscient. La pensée du système 1 est réactive et responsable de la cognition complexe mais instinctive, comme la détermination de la distance entre les objets ou la détermination des réponses émotionnelles. Votre cerveau paresseux se contente généralement de la pensée du système 1.

Le système 2 est lent, laborieux, logique, calculateur, conscient et peu fréquent. La pensée du système 2 est analytique et s’applique à des scénarios plus complexes, comme la détermination d’un comportement social approprié ou la comparaison de deux produits ayant des caractéristiques différentes.

Comme le cerveau ne veut pas retraiter les informations ou prendre de nouvelles décisions chaque fois qu’il est confronté à un nouveau scénario, la plupart des décisions humaines relèvent du système 1 dit de la pensée rapide. En effet, le cerveau humain consomme 25 % de l’oxygène du corps, alors qu’il ne représente qu’environ 2 % de sa masse ! La préférence du cerveau pour la paresse dans la prise de décision est donc un mécanisme de survie inconscient, dans un but d’économie d’énergie.

Une poignée de techniques neuroscientifiques font aujourd’hui la lumière sur les éléments qui stimulent la pensée rapide. L’attention et la perception peuvent être étudiées à l’aide de caméras de poursuite oculaire (oculométrie cognitive). La réponse émotionnelle et l’excitation peuvent être déterminées à l’aide de capteurs cutanés ou d’une analyse faciale, ce qui permet de tester la psychologie de la conception UX !

Voici quelques enseignements généraux tirés de la recherche sur l’expérience des utilisateurs en neurosciences, que les concepteurs peuvent utiliser lors des phases de prototypage d’une application, du design d’un logiciel et de la création d’un site internet.

Facilitez l’identification

Tout le monde arrive sur un site web ou une application avec une certaine attente quant à son apparence. En restant proche de cette attente, les concepteurs bénéficient d’une prise de décision instantanée et inconsciente.

Vous remarquerez un mouvement dans les entreprises technologiques vers des interfaces plus simples et moins encombrées. Ces conceptions minimalistes surpassent les conceptions plus complexes dans l’accomplissement des tâches et la clarté visuelle a un impact sur les décisions d’achat en ligne et hors ligne. Il a été scientifiquement prouvé que les conceptions visuellement simples sont plus performantes. Le cerveau peut saisir instantanément l’objectif du site et comprendre les mesures à prendre.

Indiquez ce qui va suivre

Le fait d’amorcer ou de préparer quelqu’un à une information ou une interaction à venir peut améliorer la capacité de l’utilisateur à comprendre et à réagir à une nouvelle information.

Vous pouvez préparer un utilisateur à certaines interactions ou à la synchronisation d’un processus. Ceci a pour objectif de le rassurer et lui permet d’anticiper plus aisément les actions à venir.

Organisez la simplicité

Les études de suivi du regard permettent de suivre le regard d’une personne lorsqu’elle interagit avec un produit. Elles peuvent produire des cartes thermiques qui montrent le temps passé à se concentrer sur une partie de l’écran, ou des cartes de la façon dont l’œil saute autour de la page.

Nous savons que, quels que soient les secteurs d’activité et les types d’applications, le cerveau recherche généralement des informations selon un modèle F (ou modèle E). La personne regarde les informations en haut, lit à droite, puis parcourt la page à la recherche d’informations ou d’icônes pertinentes.

Peaufinez l’architecture de l’information et les textes

Selon une étude de Nielsen Norman, les utilisateurs lisent environ 20 % du texte d’une page. Sur les sites ayant beaucoup de contenu, les utilisateurs consacrent environ 4 secondes supplémentaires pour 100 mots supplémentaires. Dans un monde où les gens ne lisent pas mot pour mot, l’étude préconise les directives suivantes : mots-clés mis en évidence (gras, italique), sous-titres significatifs, listes à puces, une idée par paragraphe, etc.

Travaillez les couleurs et les contrastes

L’organisation et l’emplacement du texte ne sont pas les seuls facteurs importants dans la conception. La théorie des couleurs, les poids et le contraste peuvent être utilisés pour attirer l’attention de l’utilisateur.

La luminance et le contraste peuvent être utilisés sur l’ensemble de votre produit pour mettre en évidence ou minimiser des informations spécifiques, mais ils sont le plus souvent mentionnés dans la conception des boutons ou des appels à l’action (CTA).

La théorie des couleurs suggère d’équilibrer les couleurs de votre produit en utilisant la couleur dominante à 60 %, la couleur secondaire à 30 % et la couleur d’accent à 10 %. Cette répartition est conforme aux études réalisées afin de déterminer ce qui attire l’œil sur une interface. La couleur d’accent étant la moins utilisée est celle qui attire le plus l’œil.

Testez facilement

Pour savoir si un design fonctionne, vous n’avez pas besoin de milliers d’euros d’investissements en Interface Cerveau-Machine (ICM), tests de suivi oculaire ou électroencéphalogrammes !

Les tests de 5 secondes sont un outil puissant pour déterminer si vos interfaces sont instantanément compréhensibles ou non. Les participants consultent un site, un logiciel ou une application pendant 5 secondes, puis répondent à des questions sur l’ergonomie et le design. Pour des produits grand public, les tests à grande échelle sont une bonne option. A contrario, pour des marchés de niche en B2B, les équipes en interne et un panel de clients peuvent être une solution pour tester les produits, afin de les faire passer de “consommateurs” à “contributeurs” par le biais de méthodes participatives.Meilleure expérience UX Illustrations Ouch.pics – Bogdan Magenta & Murat Kalkavan

Au fur et à mesure de l’avancée des connaissances sur la psychologie du design, le fonctionnement du cerveau et les données relatives à la perception des utilisateurs (Smart Data UX), les normes continueront à évoluer dans l’industrie du design, et les neurosciences prendront une part de plus en plus importante dans la conception UX.
Catégories: UX

SUIVEZ-NOUS

Entrez votre adresse e-mail & restez informés de notre actualité